Brave Patrie
Economie

Le gouvernement Fillon annonce trois années de rigouille

Alfred-Georges, vendredi 7 mai 2010 - 19:07 Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

« Les bourses chutent. La France doit d’urgence mettre un slip ». C’est en ces termes que François Fillon a justifié la « surgélation des dépenses publiques » pendant trois ans, afin de rassurer les marchés sur la ferme et drue volonté Nationale de rester dans des ratios de solvabilité acceptables.

D’après les analystes, la probabilité d’une contagion de la crise grecque à l’ensemble de la zone euro est élevée. Les notes de l’Espagne et du Portugal ont récemment été dégradées, celles de l’Irlande ou de l’Italie pourraient subir le même sort dans les prochaines semaines et il est à craindre que la moyenne générale de la France l’oblige à redoubler son CAP coiffure. Devant un tel risque endémique, le gouvernement de François Fillon a courageusement décidé d’annoncer aux Français un « gel des dépenses publiques » pour les trois années à venir.

JPEG - 31.7 ko

"Tu dis encore une fois "rigueur" et je te nique, wesh, wesh", a déclaré F. Fillon.

François Fillon se refuse cependant à évoquer une prétendue « rigueur », terme qu’affectionnent les socialo-communistes pour jeter le discrédit sur toute politique de réduction de déficits qu’ils ont eux-mêmes créés il y a bien longtemps, dans une galaxie très lointaine. La rigueur est un vestige de l’époque mitterrandienne, heureusement et à temps révolue alors que les chars soviétiques fuyant la Russie n’étaient qu’à 300 mètres de la porte de Montreuil au 17 mai 1995.

Les conseillers en communication de Matignon aiguisent déjà leurs armes en prévision des communiqués de presse et du monticule sommet social de lundi prochain. Il s’agit de calmer les ardeurs des anarcho-syndicalistes qui pourraient bien, dans un déchaînement pavlovien de gréviculture, tout casser à l’Elysée, faire caca derrière les rideaux et laisser ostensiblement trainer des canettes vides de 33 Export, si par malheur un ministre mal renseigné avait la mauvaise idée de prononcer le mot interdit « rigueur ».

JPEG - 41.3 ko

Prononcer plus de trois fois le mot "rigueur" provoque l’apparition de Shub-Niggurath.

Un vieux briscard de Matignon témoigne : « La dernière fois que j’ai entendu quelqu’un prononcer le mot « rigueur », Bernard Thibault a décidé de se laisser pousser les cheveux, avec les conséquences désastreuses que l’on connait ».

La définition de la rigueur officiellement retenue est double : la rigueur consiste à la fois en une réduction des dépenses publiques ET en une augmentation des impôts. Or chacun sait que le gouvernement Fillon n’a jamais eu l’intention d’augmenter les impôts, tout juste laissera t-il aux collectivités locales le soin de le faire en réduisant leurs dotations. « C’est pas nous, c’est les socialissss ! » affirmera t-on en haut lieu, en prévision des prochaines échéances électives. Fucking brilliant !

Aussi le terme « rigueur » est-il totalement inapproprié et faut-il lui préférer celui de « décision difficile », ou plus novateur celui de « rigouille ». « La rigouille est une demi-rigueur : elle consiste en un gel des dépenses par la sublimation de la fonction publique dans un milieu populo-poujadiste », précise un proche de Matignon.

Espérons que ces questions de terminologie n’enveniment pas le dialogue social et que les gauchos de merde sauront faire preuve de l’humilité nécessaire face aux forces baissières déployées par les marchés.

Diffusez les vraies valeurs ! Partagez cet article !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Réactions à Le gouvernement Fillon annonce trois années de rigouille

Les vrais Patriotes pratiquent la réaction dans la joie et la bonne humeur depuis 2002. Réagissez aussi !

Déjà 74 réactions.

Déjà 5 réactions.

  • 6 juin 2010 18:36, par epr64

    Faut avouer que vous en avez,…

    Faut avouer que vous en avez, à brave patrie. Mettre en lien sur "anarcho-syndicaliste" un article du parisien.fr. Z'avez peur de rien, là :-)
  • 17 mai 2010 15:32, par

    mon ignare ami, tout le monde…

    mon ignare ami, tout le monde sait que jokűll signifie glacier, lequel a effectivement fondu sous l'effet du volcan qui lui s'appelle Eyjafjälla. Néanmoins je vous accorde que pour le déficit ce n'est pas gagné, même après avoir renvoyé Roselyne chez ses amis (...)
  • 11 mai 2010 22:41, par pièce détachée

    Un volcan, ça ne fond déjà…

    Un volcan, ça ne fond déjà pas vite, alors un déficit...
  • 11 mai 2010 14:58, par armand bandoulière

    les temps sont durs les bourses…

    les temps sont durs les bourses sont molles les femmes se plaignent la France doit se relever
  • 8 mai 2010 12:13, par Pandit masqué

    Joli mot, la rigouille, convient…

    Joli mot, la rigouille, convient parfaitement à l'action notre Brave Gouvernement. C'est sûr qu'avec une stratégie aussi rigoureuse, le déficit va fondre plus vite que l'Eyjafjällajøkűll. Reste plus qu'à reprendre le contrôle de Roselyne, et on économisera 2 milliards par an de vaccin (...)

Envoyer cette page :

Vous pensez qu'un sympathisant de l'UMP peut être intéressé par cette page ? Faites-la lui découvrir !

Dernière réaction

I do agree with all of the ideas you have introduced on your post. They’re really convincing and will certainly work. Nonetheless, the posts are too quick (...)

Bettie

Retrouvez toutes les réactions des abonnés du Monde.fr lecteurs de Brave Patrie.

Abonnements

Accédez gratuitement à une information impartiale et libérée du joug marxisant des media de masse, où vous le voulez et quand vous le voulez !

RSS Twitter E-mail

Opéré par FeedBurner

Déjà vu

Il vous semble que l'Histoire bégaie ? C'est bien le cas, et comme prévu c'est une farce :

3 février 2006 : Brave Patrie s’insurge contre les caricatures du Prophète - c’est quoi, son nom, déjà ?

Tweets patriotes

Twitter

Suivez Brave Patrie sur Twitter pour encore plus de bravitude et de patriotisme.