Brave Patrie
Monde

Arnaud Montebourg n’a pas pointé chez Messerschmitt ce matin

Didier Kala, lundi 5 décembre 2011 - 10:22 Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Joignant les actes à la parole, le jeune pamphlétaire socialiste ne serait pas rentré de permission hier soir. M. Montebourg avait violemment critiqué les conditions de travail dans les usines Messerschmitt, où un grand nombre de Français accomplissent leur devoir européen. François Fillon a déploré cette désertion, qui survient le même jour qu’une visite de la Chancelière allemande à Paris.

D’économique, la crise est en passe de devenir diplomatique.
Avec d’autres ténors de la gauche, le député de Saône-et-Loire avait la semaine dernière ironisé sur la proximité affichée entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel : « Si Hitler était arrivé à Montoire avec un ours en peluche, Pétain lui aurait fait la bise. »
Ces propos ont été particulièrement mal perçus à Berlin, dans un contexte déjà tendu par la tentative récente de sabotage d’un train nucléaire allemand par des militants écologistes.

JPEG - 45.1 ko

A droite, un bouc émissaire. Au centre, une Allemande. On le voit, il est difficile de se tromper.

Le Premier ministre François Fillon a tenté de limiter les dégâts ce week-end en appelant la classe politique française à faire preuve de sang froid. « Je ne me souviens pas avoir entendu nos collègues socialistes critiquer le pacte germano-soviétique », a-t-il ainsi déclaré hier dans le Val d’Oise.
Si toute crise est peuplée de boucs émissaires à ses marges, M. Fillon semblait sincèrement surpris que les Allemands tiennent aujourd’hui ce rôle. Un effort pédagogique remarquable avait en effet été entrepris dès 2008 pour démontrer aux Français que nous voisins d’Outre-Rhin étaient plus travailleurs, plus propres et plus polis qu’eux.
Le gouvernement ne dispose donc que de quelques heures pour corriger le tir : Mme Merkel se rendra à Paris ce midi et exigera des gages de bonne volonté.
En réunion de crise depuis l’aube, Claude Guéant devrait s’exprimer à la mi-journée et rappeler que la France dispose d’importantes ressources en boucs émissaires extra-européens. Une rumeur propagée par Twitter indique par ailleurs que le ministre de l’Intérieur serait prêt à livrer les Roms à l’Allemagne si les négociations se faisaient difficile.

JPEG - 36.7 ko

La semaine dernière, M. Montebourg semblait encore heureux au travail.

Outre ce refroidissement de mauvais augure des relations franco-allemandes, l’absence de M. Montebourg à son poste de travail ce matin soulève un problème humanitaire bien concret.
Dans le cadre de la lutte européenne contre la crise, la France avait en effet accepté d’envoyer 350000 allocataires du RSA en apprentissage en Allemagne. Or la convention collective établie à l’époque stipule que l’employeur exécutera dix otages pour chaque journée de travail indûment chômée. Il se réserve de plus le droit de ne pas verser de prime de mille euros à ses employés en fin d’année.
« C’est triste, mais cette convention est valide, » souligne-t-on au Medef. « Elle est rédigée selon notre modèle standard. La Krise, große Malheur. »

M. Montebourg est garant de la sûreté de dix vies humaines, et s’il ne rejoint pas l’Allemagne dans la journée il aura du sang sur les mains.
Mais il y a plus grave : si demain d’autres choisissent de remettre en cause le modèle économique allemand et son adoption par la France, cette dernière est assurée de perdre la guerre contre la dette, ce qui signifierait la fin du monde.

Les heures qui viennent sont cruciales pour l’Europe : Arnaud Montebourg rejoindra-t-il son usine à Berlin ? Un Jacques Doriot émergera-t-il du Parti Socialiste pour sauver son honneur ? La ligne Maginot tiendra-t-elle ?
Suivez le Bismarckgate en temps réel grâce au fil Twitter ci-dessous.

Diffusez les vraies valeurs ! Partagez cet article !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Réactions à Arnaud Montebourg n’a pas pointé chez Messerschmitt ce matin

Les vrais Patriotes pratiquent la réaction dans la joie et la bonne humeur depuis 2002. Réagissez aussi !

Déjà 54 réactions.

Déjà 4 réactions.

  • 6 décembre 2011 12:20, par jacques Huze

    le jour où vous trouverez…

    le jour où vous trouverez un truc à gauche sur BravePatrie (même en haut) n'est pas arrivé, Dieu nous en préserve !!
  • 6 décembre 2011 12:19, par jacques Huze

    le jour où vous trouverez…

    le jour où vous trouverez un truc à gauche sur BravePatrie (même en haut) n'est pas arrivé, Dieu nous en préserve !!
  • 5 décembre 2011 15:21, par Torr Reor

    J'aime le nouveau nom de…

    J'aime le nouveau nom de Pôle emploi, en haut à droite.
  • 5 décembre 2011 13:45, par Jacques Huze

    Ne faut-il pas parler plutot…

    Ne faut-il pas parler plutot de relations germano-françaises ? Parce que "franco-allemand", ça fait un peu trop Cohn Bendit...et puis parce que l'Allemagne passe avant nous sur tous les plans alors remettons les choses à leur plaße, bitte !! Ach, ich will bi ein berliner zinon rien (...)

Envoyer cette page :

Vous pensez qu'un sympathisant de l'UMP peut être intéressé par cette page ? Faites-la lui découvrir !

Dernière réaction

Sweet blog ! I found it while browsing on Yahoo News. Do you have any tips on how to get listed in Yahoo News ? I’ve been trying for a while but I never (...)

Cerys

Retrouvez toutes les réactions des abonnés du Monde.fr lecteurs de Brave Patrie.

Sur le même sujet

Abonnements

Accédez gratuitement à une information impartiale et libérée du joug marxisant des media de masse, où vous le voulez et quand vous le voulez !

RSS Twitter E-mail

Opéré par FeedBurner

Déjà vu

Il vous semble que l'Histoire bégaie ? C'est bien le cas, et comme prévu c'est une farce :

3 février 2006 : Brave Patrie s’insurge contre les caricatures du Prophète - c’est quoi, son nom, déjà ?

Tweets patriotes

Twitter

Suivez Brave Patrie sur Twitter pour encore plus de bravitude et de patriotisme.