Brave Patrie
Sport

La Ferrari Bungabunga n’a pas réussi le crash-test

La rédaction, jeudi 6 septembre 2012 - 12:01 Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

La réussite économique chinoise attise sans conteste la jalousie des pays occidentaux, empêtrés dans un marasme financier particulièrement préoccupant. Aussi, tous les prétextes sont bons pour moquer les performances de l’empire du Milieu.

L’occasion d’un incident s’étant produit sur une portion d’un boulevard périphérique de Pékin : un véhicule automobile de teinte noire a perdu bêtement la vie, provoquant également incidemment la cessation des fonctions vitales du conducteur de l’engin. Quelques dommages corporels collatéraux ont touché ses assistantes. Des officines hostiles au bienfaisant régime n̶a̶t̶i̶o̶n̶a̶l̶-̶l̶i̶b̶é̶r̶a̶l̶-̶t̶o̶t̶a̶l̶i̶t̶a̶i̶r̶e̶ communiste d’apparence ont mis à profit cette occasion pour déverser les torrents de haine et de désinformation honteuse.

La propagande occidentale, toute honte bue, n’a pas hésité à évoquer ce drame en utilisant des propos insultants et indignes à l’encontre d’un honorable dirigeant du parti communiste chinois.

Qu’en est-il en fait ? Ling Gu, fils de Ling Jihua, s’était naturellement porté volontaire pour une séance de crash-test aux fins d’homologuer définitivement le modèle Ferrari BungaBunga en situation de conduite sur le réseau routier urbain.
Ling Gu, ainsi que deux techniciennes expérimentées et compétentes, sont montés à bord du bolide en prenant soin de se débarrasser de tout ce qui pourrait augmenter le poids total roulant de l’ensemble. Il n’est donc pas étonnant que les victimes aient été retrouvées avec des tenues vestimentaires volontairement allégées. Malheureusement, la presse impérialiste a profité de la situation pour tirer des conclusion erronées, allant jusqu’à affirmer que les collaboratrices de M. Gu se seraient prêtées à certaines dérives libidineuses durant l’essai routier.

Le test a malheureusement échoué, en dépit des qualités reconnues d’excellence en matière de pilotage de l’essayeur. L’analyse des indices visant à étudier minutieusement les circonstances de l’incident ainsi que l’état du véhicule permettent de mettre d’ores et déjà hors de cause la responsabilité du parti communiste chinois.
Le service chinois des mines a décidé, à titre conservatoire, de suspendre l’homologation du modèle Ferrari Bungabunga tant que le fabricant n’aura pas adopté des mesures radicales concernant la confidentialité des propriétaires.

PS : Nous remercions notre estimé confrère @LeProf_Higgins pour cette correspondance chinoise.

Diffusez les vraies valeurs ! Partagez cette dépêche !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Réactions à La Ferrari Bungabunga n’a pas réussi le crash-test

Les vrais Patriotes pratiquent la réaction dans la joie et la bonne humeur depuis 2002. Réagissez aussi !

Envoyer cette page :

Vous pensez qu'un sympathisant de l'UMP peut être intéressé par cette page ? Faites-la lui découvrir !

Liens externes

Brave Patrie n'est pas responsable du contenu des sites externes.

Sur le même sujet

Abonnements

Accédez gratuitement à une information impartiale et libérée du joug marxisant des media de masse, où vous le voulez et quand vous le voulez !

RSS Twitter E-mail

Opéré par FeedBurner

Dans la Bravepédie

Déjà vu

Il vous semble que l'Histoire bégaie ? C'est bien le cas, et comme prévu c'est une farce :

22 février 2011 : Immigration clandestine : le Quai d’Orsay cherche le soutien de l’Atlantide

Tweets patriotes

Twitter

Suivez Brave Patrie sur Twitter pour encore plus de bravitude et de patriotisme.