Politique

Vieux ? Usé ? Fatigué ?

John Bigballs, mardi 11 avril 2006 - 09:24 Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Depuis les élections de 2002 où il a reçu les pleins pouvoirs des mains d’un peuple rendu hystérique par l’espoir de sa libération du joug communiste, les petits mots blessants n’ont cessé de fuser à l’encontre du chef de l’Etat, et ce sans aucun respect pour la haute fonction exercée par M. Chirac. L’on sait que l’homme n’a que faire de ces bassesses. Il n’y a d’ailleurs jamais répondu. Néanmoins, échéances électorales arrivant à grand pas, la dialectique marxiste porte ses flèches sur d’autres cibles.

On se souvient de l’insolent “vieux, usé, fatigué”, lancé avec fracas par un candidat absentéiste du second tour. L’affaire dite du « cancer du sonotone », pour être grotesque et infondée, fit néanmoins les choux gras du gauchiste Bayrou et de l’organe rouge fluo de son parti politique. Moins connu du grand public, mais largement diffusée dans les cercles d’initiés, la disparition de l’association des amis de Jacques Chirac n’en fut pas moins un vil coup en dessous de la ceinture commandité en catimini par les vassaux de Pyongyang. Tant de coups médiatiques destinés bassement à déstabiliser le chef de l’Etat en visant l’homme à travers la fonction présidentielle, ne Lui semblaient pas avoir besoin d’être relevés.

Or, depuis peu, un changement de tactique se fait observer, plus dangereuse car n’hésitant pas à frapper l’institution présidentielle dans l’objectif de décrédibiliser l’exercice fait par l’homme de sa haute fonction. C’est ainsi que, de ci de là, l’on peux lire des attaques virulentes commentant les décisions du chef de l’Etat.

Prenant appui sur les dires de soit-disant constitutionnalistes latinisants, probablement en mal de déclinaison, dissertant comme la première poissonnière venue des subtilités innovantes des démarches présidentielles quant à la façon de faire voter des projets de loi, ces gens se pavanent devant les médias en agitant des bouts de constitution tronquée et des alinéas conjugué à l’imparfait du subjonctif pour tenter de démonter la crédibilité du chef de l’Etat.
A les entendre, ils étaient là, en octobre 1958, enfermés dans un cabinet, à tenir la plume de Messieurs Debré et de Gaulle. Or il n’est pas nécessaire de lire l’intégrale des mémoires de l’amiral pour savoir que le grand Charles ne s’est tout de même pas cassé les rognons à pondre 15 pages de dissert’ pour se retrouver avec une bande d’interprètes latinistes qui lui phagocyteraient le képi ! La haute fonction présidentielle sous la Vème, initiée par le Général, aspire à d’autres sphères. Car à la vérité, il n’y qu’une seule chose à retenir de la Constitution du 4 octobre 1958, juste un seul et unique principe énoncé tout au long du titre II, et qui tient dans une unique phrase qui est :

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FAIT CE QU’IL VEUT AVEC SES CHEVEUX

Le reste du texte, magnifique exemple d’équilibre théorique entre l’exécutif, le judiciaire et le législatif, produit des philosophes Montesquieu et Locke, n’a d’autre utilité que de permettre de ne pas se trouver pris de court quand, par malveine, il n’y a plus de papier aux toilettes.

A partir de cette base là, base saine, si ça lui chante, au président, de promulguer une loi et dans la foulée d’en interdire l’application pour finir par retirer le texte, qui, mieux placé que Lui, peut bien savoir ce qui est le plus adapté à enrichir la réflexion sur le CPE ?

Aussi, et afin d’éclairer les constitutionnalistes pointilleux, il est bon de dire que ce grand homme d’Etat qu’est Jacques Chirac, dopé par une légitimité populaire jusqu’alors jamais atteinte, peut dès lors, à tout instant et quant il le désire :

- Commander pour 4000 € par jour de Chocapic©
- Appeler à la responsabilité de tous
- Remettre à flot et couler une seconde fois le Rainbow Warrior
- Dissoudre l’Assemblée Nationale
- Déclarer la guerre à l’Allemagne
- Appuyer sur le bouton rouge
- Recoloniser l’Algérie
- Montrer son zguègue au fort de Bregançon

Ce qu’il veut... surtout s’il estime que c’est nécessaire et que cela permet par là-même de renvoyer tout les inconditionnels de Lionel Jospin retourner pelotter des chèvres sur l’île de Ré pendant 5 ans !

Le dictateur Mitterand disait de M. Chirac qu’avec Lui ce serait pittoresque. Chaque jour, avec style, M. Chirac lui répond qu’avec lui c’était chiant.

Diffusez les vraies valeurs ! Partagez cet article !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Réactions à Vieux ? Usé ? Fatigué ?

Les vrais Patriotes pratiquent la réaction dans la joie et la bonne humeur depuis 2002. Réagissez aussi !

Déjà 12 réactions.

  • 22 avril 2007 22:29, par un patriote anonyme

    Vieux ? Usé ? Fatigué ?

    puant dégueulasse

    Répondre

  • 11 avril 2006 22:03, par Jean François Minaudant

    Attention au lutin maléfique en 2007

    Faites gaffe, John Littledick,

    Avec l’arrivée de Jean Marie Sarkonazi en 2007, je crains fort que soient lâchées les milices financiaro-judiciaires à la botte du nimbus de Neuilly contre le bon Jacques.

    Prévenez-le, ou vous aurez son embastillement sur la conscience.

    Le Président Mitrand vous garde,

    Jean François Minaudant

    Voir en ligne : http://minaudantconseil.blogspot.com/

    Répondre

  • 11 avril 2006 21:11, par Le Concombre Démasqué

    Je peux dire une connerie ?

    Pour commenter l’image : « Tant que je parviens à uriner sans asperger mes chaussures, je suis apte à gouverner. »

    Répondre

  • 11 avril 2006 19:44, par le vié

    Vieille ? Usée ? Fatiguée ?

    Putain ça faisait un bout (si je puis me permettre) que j’avais pas vu "zguegue".

    Sinon pour en revenir à Brégançon, qu’est-ce qu’elle nous montrerait la Présidente ?

    Répondre

    • 15 avril 2006 10:51, par RàC

      monsieur est servi

      la présidente : sa touffe ,sa foune, sa chagatte ,son con ,sa schneque,sa fente, son tablier de sapeur,son mont de vénus,sa chatte ,son minou,son abricot,son garage à bites ,sa raie mineur,

      Répondre

    • 5 juin 2006 03:08, par mâme poulard

      Vieille ? Usée ? Fatiguée ?

      ben, que voulez vous qu’elle nous montre ? son sac à main, bien sûr, celui dans lequel elle range ses petites pièces jaunes....

      Répondre

  • 11 avril 2006 10:56, par Jacques-Hypolite du Fermoir de Monsac

    Vieux ? Usé ? Fatigué ?

    Absolument, nul besoin d’une fastidieuse exégèse pour interpréter l’esprit de la constitution, dont la finalité est de servir le Chef de l’Etat et de lui autoriser certains droits exceptionnels que seules les mauvaises langues jugeront exorbitants.

    Par exemple l’article 17, qui dispose que "le Président de la République a le droit de faire grâce". Non, cela ne signifie pas seulement la possibilité pour le Président d’accorder son pardon aux délinquants. La grâce dont il s’agit ici a aussi une acception esthétique. S’il le veut, le Président peut se faire grâcieux, mais si ça le gonfle, il peut se négliger comme bon lui semble (et cela vaut aussi pour ses cheveux comme l’a très bien souligné Mr Bigballs). Vieux, usé, fatigué, crado, ou même vulgaire, le Président a ici son vrai domaine réservé, sa chasse gardée, conçue comme le vrai lien populiste, l’instrument du contact avec la Nation. Que l’on ne se trompe pas, il s’agit là d’un vrai modèle politique que le monde entier nous envie. Regardez Berlusconi, dont la grossièreté est directement inspirée du modèle français. Et indépendamment du programme de la gauche française pour 2007, qui ne rêverait pas de voir une Ségolène présider le conseil des ministres en costume latex et platform shoes ? Rhââââ lovelyyyy...

    Répondre

Envoyer cette page :

Vous pensez qu'un sympathisant de l'UMP peut être intéressé par cette page ? Faites-la lui découvrir !

Dernière réaction

puant dégueulasse

Un patriote anonyme

Retrouvez toutes les réactions des abonnés du Monde.fr lecteurs de Brave Patrie.

Abonnements

Accédez gratuitement à une information impartiale et libérée du joug marxisant des media de masse, où vous le voulez et quand vous le voulez !

RSS Twitter E-mail

Opéré par FeedBurner

Déjà vu

Il vous semble que l'Histoire bégaie ? C'est bien le cas, et comme prévu c'est une farce :

3 février 2006 : Brave Patrie s’insurge contre les caricatures du Prophète - c’est quoi, son nom, déjà ?

Tweets patriotes

Twitter

Suivez Brave Patrie sur Twitter pour encore plus de bravitude et de patriotisme.