La rédaction

Hubert-Aymeric Pynchon

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo!

Hubert-Aymeric Pynchon découvre très tôt sa vocation en compilant, dès 9 ans, les listes de Bolcheviques pour son oncle rédacteur à Je suis Partout et celles des Miliciens pour le beau-frère de sa tante, typographe à L’Humanité clandestine - oui, il y a toujours un mouton noir, même dans les meilleures familles...

D’une intelligence somme toute vive étant donné son jeune âge, il comprend rapidement tout l’intérêt qu’il y a à médire de ses contemporains pour peu que cela se fasse depuis un bureau chauffé en hiver et bien aéré l’été. ...Et qu’on sente à temps le vent tourner.

Abreuvé aux meilleures sources, et doté d’un carnet d’adresses nourri dont beaucoup sont malheureusement morts en déportation ou exécutés à la Libération, il se fait fort, l’après-guerre venue, de décrocher des postes dans les rédactions les plus prestigieuses de l’époque.

La Gazette d’Auteuil, Jour de France et Le Journal de Mickey dans lequel il veille particulièrement à l’éradication de toute pensée subversive, le voient ainsi déambuler dans ses costumes croisés obtenus auprès des meilleurs faiseurs et qui font se pâmer les jeunes standardistes.

Il devient vite grand reporter, n’hésitant pas à payer de sa personne pour peu que le trajet s’effectue en première. Il fraie ainsi avec les barmen des plus grands palaces du monde, laissant généreusement des pourboires royaux aux frais de la princesse.

Enfin, à l’âge où tant de ses confrères se préretraitent en acceptant des piges pour Notre Temps, il retrouve un second souffle en rejoignant la rédaction de Brave Patrie. Le ton, la noblessse de la cause, son attrait pour les nouvelles technologies, son goût de la vraie vérité vraie et l’âge des secrétaires achèvent d’emporter son adhésion au projet.

Et dire que mes amis m’appelaient depuis longtemps "Hu-Aym Pé"... C’était prédestiné...

Lui écrire :


Envoyer un message

Ses articles :

  • Politique - 6 octobre 2004

    Sarkozy : One buck, a blow job and a chocolate bar (*)

    Le Roi danse ? M. Sarkozy aussi. Notre bientôt-futur-très proche,-ne change pas de main, je sens que ça vient-Président à tous, jamais avare de son temps et de sa personne, est allé faire du lap dancing devant les crânes d’oeufs de Nouvelle-Angleterre et de l’ex-Louisiane. "Je suis français et je travaille plus de 35 heures par semaine." Lâchant, le temps d’un aller-retour, les rênes d’une (...) >> Lire la suite

  • Politique - 30 août 2004

    Lionel Jospin s’est enfui

    "Rentrez vos bêtes, vos enfants et vos vieux... Fermez vos volets, verrouillez vos portes, lâchez les chiens !" Ce cri d’alarme a retenti dans toute l’île de Ré aux premières lueurs de l’aube du 28 août. Après Joëlle Aubron, d’Action Directe (1) qui a pu s’évader de prison en bénéficiant indûment d’une mesure de justice mitonnée aux petits oignons pour un haut fonctionnaire octogénaire qui, lui, n’a fait (...) >> Lire la suite

  • Justice - 14 mai 2004

    LEN : une victoire du Commissariat Géneral aux Questions Informatiques.

    Retenez bien cette date du 13 mai 2004 (à défaut, l’Histoire saura le faire). Ce jour-là, en effet, le Sénat entérinait les articles de Loi proposés par la Chambre des Députés offrant ainsi à notre Brave Patrie l’appareil législatif high-tech qui permettra à son ouaibe de sortir de la jungle la tête haute et les mains propres. Fini ! l’arrogance des ouaibes-maistres votant à gauche - quand ils se lèvent (...) >> Lire la suite

  • Culture - Médias - 31 mars 2004

    "La Passion du Christ" déchaîne l’anti-romanisme.

    Refusant de colporter les ragots de la presse d’un pays qui met nos foies gras en quarantaine, Brave Patrie s’était jusqu’à présent tenue à l’écart de la polémique qu’a déchaîné ce film dont tout le monde parle mais que personne n’a vu. Certes, le souvenir de l’occupation Romaine avait bien laissé chez nous quelques souvenirs douloureux - rosa, rosam, rosae, ça va encore, mais dès qu’on aborde consul, (...) >> Lire la suite

  • Régionales 2004 - 24 mars 2004

    Premier tour des Régionales : une raclée pour la gauche.

    Cette gauche qui fanfaronnait encore à quelques heures du scrutin... Cette gauche qui avançait dans cet ordre dispersé qui caractérise tant le capharnaüm de ses idées... Cette gauche qui n’a reculé devant aucune démagogie, allant jusqu’à faire se présenter la propre compagne - ces gens-là ne se marient pas ! - d’un chef de parti... (Imagine-t-on l’épouse de notre bien-aimé M. Raffarin faire campagne (...) >> Lire la suite

0 | 5 | 10

Ses images :

0 | 20