Politique

Alain Juppé, Hussard Noir de la Brave Patrie en exil

Hubert-Aymeric Pynchon, mercredi 7 septembre 2005 - 13:07 Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

C’est droit dans ses bottes fourrées que le meilleur d’entre toute l’Éducation Nationale, parti relever le niveau intellectuel des populations autochtones de Terre-Neuve et du Saskatchewan, me reçoit dans sa cabane de rondins.

L’intérieur est sobre et fonctionnel, comme il sied à un homme qui a trop brièvement incarné le sens de l’Etat, au mépris de sa carrière politique. Çà et là, une photo de Jacques Chirac en mocassins et chaussettes à Brégançon, un annuaire défraîchi des anciens de l’ENA, une lettre de rappel du syndic de la rue Jacob et un accordéon de cartes postales des monuments de Paris, constituent autant d’autels sur lesquels Alain Juppé vient parfois se recueillir.

"La porte !" me hurle dessus prévient aimablement la victime d’un procès politique inique, digne de ceux de Moscou. Alain Juppé s’empresse de replacer le petit boudin qui empêche l’air de passer, puis laisse promener au-delà de l’horizon un regard qui n’est pas sans me rappeler celui qu’aurait pu lancer Napoléon à Sainte-Hélène : "Pays à la con ! On est à peine en Septembre et il fait aussi moche qu’à Bordeaux en plein mois de Janvier. Et je ne te raconte pas l’hiver. Au moins à Cayenne, il aurait fait chaud...".

Plutôt que de me laisser entraîner vers ce terrain glissant de la météorologie comparée, je lance tout à trac : "Hé bien, Monsieur le Premier ministre ! Et cette rentrée scolaire ?".

"Vous avez déjà assisté à un exposé sur les conséquences de la mondialisation sur le rôle des Etats-Nations par un fils de trappeur avec son accent de Tourangeau coincé au XVIIe siècle ? Non ? Dommage... En matière de choc des cultures, vous passez à côté de quelque chose...". Alain Juppé donne un coup de pied à son chien et reprend : "De toute manière, je m’en fous : ils ont payé pour m’avoir, ils m’auront. Ce sera cours magistral, point barre. Et ceux qui ne seront pas contents, ils pourront toujours aller manifester devant les bureaux du Consulat".

Un doute terrible me saisit : ce roseau pensant qui jamais n’avait rompu sous le feu de l’adversité serait-il devenu amer ? Je choisis d’être guilleret : "Mais enfin, Monsieur le Premier Ministre... Et la Brave Patrie. ?.. La Brave Patrie, tout de même, dans tout ça ?". Alain Juppé réprime un ricanement : "La France ?.. Avec l’autre qui vient de se crever un oeil, le nabot hystérique monté sur pile et la fofolle à particule qui a confondu l’ONU avec la scène du Théâtre des Boulevards, c’est sûr : on est sauvés !.."

Alain Juppé gagne alors son bureau, non sans avoir intimé au passage un : "Tais-toi ! Papa va travailler" à la petite Clara qui chouine dans son parc. Je découvre, émerveillé, sur l’écran de son PC, les coulisses de son son blog. La page admin’ comme on dit dans notre jargon. "Alors, c’est vraiment vous qui écrivez ?". "Je veux ! C’est mon blog. Comme ça, je peux écrire que j’ai une vie formidable, je donne mon avis sur tout et rien. Les gens y croient. Il y en a même qui m’écrivent. Certains me félicitent, d’autres m’insultent. Au moins ça occupe". Alain Juppé se prend soudain la tête dans les mains et sanglote : "J’en suis réduit à tenir un blog à Tataouine-sur-glaces... Mais, bon sang ! Comment peut-on tomber aussi bas ?...". J’avance ma main vers l’épaule de celui qui, jadis, incarnait l’avenir de notre cher pays : "Courage, Monsieur Juppé, la Brave Patrie ne vous oublie pas". Alain Juppé a la force de me lancer un sourire triste : "Tu m’étonnes : hier j’ai eu une pointe à 500 visites... J’occupe tous les esprits..." Il se mouche, puis : " Au fait, comment s’appelle votre machin, là ?". "Bravepatrie.com, Monsieur le Premier Ministre. En un mot". "Je le mettrai dans mes favoris. Finalement, on est un peu du même monde, maintenant..".

Tandis que le meilleur d’entre tous les internautes efface un à un les courriels gauchistes, je repars silencieusement en ayant soin de bien refermer la porte derrière moi. Le boudin en forme de teckel me pose quelques problèmes, mais je m’en sors assez bien.

P.-S.

a+ al’1...
a+
é ti1 bon, on t’m

Diffusez les vraies valeurs ! Partagez cet article !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Réactions à Alain Juppé, Hussard Noir de la Brave Patrie en exil

Les vrais Patriotes pratiquent la réaction dans la joie et la bonne humeur depuis 2002. Réagissez aussi !

Déjà 20 réactions.

  • 9 septembre 2005 19:43, par valentin

    > Alain, on t’aime

    Ah, c’est bon, ah, c’est bon. Accroche toi, Alain. Je mets ton blog dans mes favoris.

    Répondre

    • 10 septembre 2005 12:10, par RàC AIKAN KEUTU REVIEN

      > Alain, on t’aime et les autres ausssiiiiiii

      voui ,Alain revient comme en 95, au moins toi ,tu à la téte de ton programme,
      pas comme le villepin ou le Raffarin , qu’on croirait de gauche au 1er coup d’oeil ,enfin de gauche comme DSK ou Fabius , pas comme Emanuelli ou Mélanchon , fo pas deconner non plus

      Répondre

  • 9 septembre 2005 18:57, par MC Jaq

    > Alain Juppé, Hussard Noir de la Brave Patrie en exil

    Jupé, j’le kif grav !

    Répondre

  • 9 septembre 2005 15:34, par tycho brahe

    Mon nouveau maître à penser...

    j’ai découvert le blog d’al1juP et je suis confus d’avouer que je suis devenu complètement addict... ces messages respirent tellement le désarroi, le néant vertigineux de son exil en même temps que son superbe côté guindé que j’y passerais presque mes longues soirées d’été.

    Je vous conseille le désormais fameux post "épluchette de blé d’inde" (http://www.al1jup.com/viewPost.php?id=200) qui est désormais un must absolu du gnangnan umpiste.

    Voir en ligne : http://blue.haired.girl.free.fr

    Répondre

    • 16 septembre 2005 19:02, par Solaris

      > Mon nouveau maître à penser...

      Ce blog de Jupé me fais penser aux bons vieux livres de mon enfance : "Martine à la........".Ouais, ça vaut son pesant de caouètes, ainsi que ces phrases commençant par : "Isabelle à mes côtés....".

      Répondre

  • 7 septembre 2005 17:18, par André Pouget

    Mais au fait...

    Ce récit magnifiquement écrit me fait penser qu’on est sans nouvelles du terroriste trotskiste Lionel Jospin.

    Quelqu’un sait-il dans quelle grotte il se cache ? Et pourquoi personne ne l’a encore débusqué pour le traduire en justice, ce pourfendeur de la liberté d’entreprendre...

    Il faudrait qu’on en parle à la Société de Chasse de Saint Sulpice le Verdevin. Tiens, nous organiserons une battue. Voilà une bonne idée...

    Répondre

  • 7 septembre 2005 17:10, par valery.G

    le veuilleur d’entre mou

    Maudits ! Je vous maudits, vous qui osez rire du désaroi du phare de l’ump.
    Pardonne leurs !
    Alain seule vestale officielle du patriarche alité soit patient ton heure viendra, lumineuse et souriante. Ils te plébiciterons tel Napoleon III, ramperons devant toi et se prosternerons tel des esclaves...
    Et toi miserable pynchon tu seras fusillé pour l’exemple par les gardes noir de la nouvelle France. Cette france éternelle que le monde nous envie et qui devant ton exil glaciaire sera reconnaissante.
    Voila ce qu’il faut dire à A., cet homme si frèle n’offrant aucune protection craniènne au climat canadien cet homme reviendra pour chattier les deux brutus et la messe sera dite !

    Répondre

  • 7 septembre 2005 14:13, par brigitte.macreuse

    Réfugié

    Un réfugié économique c’est une personne qui s’exile dans le but de trouver un travail inexistant dans son pays d’origine.

    Un réfugié politique c’est quelqu’un qui s’exile pour échapper à la justice de son pays d’origne

    Y-a-t-il une troisième voie ?

    Répondre

    • 7 septembre 2005 17:33, par Flashball Sam

      > Réfugié

      Chère Brigitte, je crains que vous ne soyez blonde et n’entendiez pas grand chose en Politique :

      1) M. Juppé n’est pas allé chercher du travail au Canada, mais pour faire bénéficier un pays de béotiens de son immense savoir, de ses hautes valeurs morales et de ses compétences inégalées en comptabilité publique comme en attribution de logements de fonction pour personnel politique méritant.

      2) M. Juppé n’a pas fui la Justice de son pays, mais a cruellement souffert de constater que cette dernière était, hélas, tombée entre les mains de sous-Fouquier-Tinville, réclamant toujours plus de têtes et insatiables de répandre le sang de ce que nos grandes écoles produisent de meilleur.

      En espérant que cette mise au point vous aura fait rougir de honte, je ne saurais trop vous recommander de retourner à vos braves casseroles.

      Répondre

      • 8 septembre 2005 15:02, par brigitte.macreuse

        Belge

        Belge, aussi une fois allez.

        Répondre

  • 7 septembre 2005 13:54, par RAC ARIBOU

    Orignal et sirop d’érable

    ha le rugueux contact avec les bucherons et les trappeurs, depuis J.B Champlain ,aucun brave patriote n’a pu étre aussi important que A Juppé,
    verrons ,nous dans le futur des cousins , oui je me souviens !
    des cousins dit sais je ,
    affronter les tribunaux pour des detournements massifs de sirop d’érable ? ou pour usage de cabane en rondin d’ébene payé par la ville d’Ottowa ?

    c’est comme cela que la brave patrie rayonnera de nouveau au dela des Océans,

    Alain et amis fonctionnaires canadien ,
    " je vous ai compris"

    Répondre

    • 7 septembre 2005 14:02, par RAC ARIBOU somnollant

      > Orignal et sirop d’érable

      ventre bleu , et peau de grizzli
      je m’ai tromper dans les initiales de Champlain , c’est Samuel de ,
      bien sur
      je me souvient, mais bon avec l’age,
      faudrait que j’utilise mes gosses ,plus souvent ,ça éviterais p’éte la vieillerie

      Répondre

      • 7 septembre 2005 16:49, par patkorat

        karibou

        Alain, maintenant que tu es devenu un internaute Bravepatriote, si tu nous lis, RESISTE !

        Certes, une certaine idée de la justice trosko-mondialiste t’as envoyé dans ce goulag. Ne t’en fais pas, tes amis te gardent une place au chaud pour ton retour. Meme Jacques est tombe malade a cause de ce si long eloignement. La France meurt sans toi.

        Alors Alain, la france est heureuse d’avoir des nouvelles de toi. Le Canada est un pays aux conditions dantesques. Mais tu nous reviendras plus fort. Nimbé de cette aurore boreale que tu ramanes du Valhalla.

        Monsieur le premier ministre, Karibou.

        Répondre

Envoyer cette page :

Vous pensez qu'un sympathisant de l'UMP peut être intéressé par cette page ? Faites-la lui découvrir !

Dernière réaction

Ah, c’est bon, ah, c’est bon. Accroche toi, Alain. Je mets ton blog dans mes favoris.

valentin

Retrouvez toutes les réactions des abonnés du Monde.fr lecteurs de Brave Patrie.

Liens externes

Brave Patrie n'est pas responsable du contenu des sites externes.

Sur le même sujet

Abonnements

Accédez gratuitement à une information impartiale et libérée du joug marxisant des media de masse, où vous le voulez et quand vous le voulez !

RSS Twitter E-mail

Opéré par FeedBurner

Déjà vu

Il vous semble que l'Histoire bégaie ? C'est bien le cas, et comme prévu c'est une farce :

3 février 2006 : Brave Patrie s’insurge contre les caricatures du Prophète - c’est quoi, son nom, déjà ?

Tweets patriotes

Twitter

Suivez Brave Patrie sur Twitter pour encore plus de bravitude et de patriotisme.